Burkina Faso. Les leçons des enfants de Sankara

Must Read

Il est passé au pouvoir comme une étoile filante. Mais dans le sillage de Thomas Sankara, président du Burkina Faso de 1983 à 1987, la poussière brille encore. En 2014, c’est de cette même poussière qu’a surgi l’insurrection de la jeunesse qui a dégagé l’homme fort de Ouagadougou, Blaise Compaoré.

Il est un lieu, un peu au sud du barrage de Tanghin, dans la capitale de la nation africaine, qui était, jusqu’au soulèvement, interdit aux Ouagalais. Depuis, les grilles se sont ouvertes. À l’entrée, une statue du révolutionnaire assassiné a été érigée. Après la révolte et le retour à la démocratie, « a surgi l’idée d’un mémorial, lors d’un festival d’artistes engagés, en 2016. Ce projet a été porté par la société civile », explique un jeune guide.

Le lieu est des plus symboliques. Une fois poussées les portes, au fond d’une cour, se trouve un bâtiment : le siège du Conseil national de la révolution. C’est là que Thomas Sankara fut exécuté avec ses compagnons le 15 octobre 1987.

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Le Royaume de Koush

Le royaume de Koush est un ancien puissant royaume d’Afrique qui était situé dans les territoires qui correspondent aujourd’hui...
- Advertisement -spot_img