La Cédéao maintient ses lourdes sanctions contre le Mali

Must Read

Réunie à Accra au Ghana, vendredi 25 mars, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a décidé de maintenir ses sanctions contre le Mali et menacé la Guinée et le Burkina Faso, également dirigés par des juntes militaires, de sanctions supplémentaires.

La Cédéao “invite les autorités de transition (du Mali) à adhérer au calendrier de 12 à 16 mois de transition recommandé” avant le retour des civils au pouvoir.

Elle maintient les lourdes sanctions économiques infligées au pays le 9 janvier 2022 lorsque la junte a affiché son intention de se maintenir plusieurs années à la tête du pays, annonçant qu’elle n’organiserait pas d’élections fin février comme prévu initialement.

La Cédéao avait ordonné en janvier la fermeture des frontières avec le Mali au sein de l’espace sous-régional et la suspension des échanges autres que de produits de première nécessité.

Par ailleurs, l’organisation ouest-africaine a décidé vendredi de sanctionner la Guinée si elle ne présentait pas de “calendrier acceptable pour la transition” avant fin avril 2022, et le Burkina Faso s’il ne libérait pas l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré d’ici au 31 mars 2022, selon le communiqué final de la réunion des chefs d’État de la Cédéao.

L’organisation précise qu’en cas de non-respect de ses demandes, elle imposera des sanctions contre les membres du gouvernement et du Conseil national de transition (CNT). Les autorités de transition du Burkina écoperont elles aussi de “sanctions individuelles” si elles n’obtempèrent pas.

SourceFrance 24
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Le Kenya, en route vers l’alternance politique ?

Favori de la présidentielle kényane, l’opposant Raila Amolo Odinga attend son heure. Face à lui, le vice-président William Ruto espère déjouer les pronostics.
- Advertisement -spot_img