Réactions de la classe politique malienne sur le rapport de la Cédéao du 25 mars

Must Read

Les Maliens ne sont pas surpris par les décisions de la Cédéao. Mais la classe politique, toutes tendances confondues, est satisfaite de la disponibilité de la Cédéao à continuer le dialogue avec les autorités maliennes.

“Nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt le sommet des chefs d’Etat de la Cédéao. Comme vous le savez en plus du défi sécuritaire, ses sanctions économiques et financières sont drastiques pour le Mali. C’est pourquoi nous invitons les autorités maliennes à ne ménager aucun effort pour relancer ce processus de dialogue afin de soulager la souffrance du peuple malien”, estime Amadou Koita membre du Cadre d’échanges pour une transition réussie, un regroupement de partis politiques.

Pour le Collectif pour la réfondation du Mali (Corema), c’est plutôt un dialogue de sourd. Il demande le retrait du Mali de la Cédéao.

“La solution c’est de se retirer purement et simplement de la Cédéao, aussi il faut aller à la création de notre propre monnaie pour échapper à la France”, propose Aboubacar Sidiki Fomba porte-parole du Corema.

“En tout état de cause on ne peut pas chasser l’ambassadeur de France, chasser les militaires français, suspendre RFI et France 24 et vouloir se faire utiliser par un instrument politique de la France. La Cédéao est une organisation qui exécute les ordres de la France”, affirme-t-il.

“La solution c’est de se retirer purement et simplement de la Cédéao, aussi il faut aller à la création de notre propre monnaie pour échapper à la France”, propose Aboubacar Sidiki Fomba porte-parole du Corema.

SourceVOA
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Le Kenya, en route vers l’alternance politique ?

Favori de la présidentielle kényane, l’opposant Raila Amolo Odinga attend son heure. Face à lui, le vice-président William Ruto espère déjouer les pronostics.
- Advertisement -spot_img