Cuisine africaine : la bsissa, un plat traditionnel, a la cote en Afrique du Nord

Must Read

Traditionnellement, cette poudre simple de couleur beige est basée sur les aliments de base régionaux que sont le blé dur et l’orge grillés, aromatisés avec des graines de fenouil, de l’anis et de la marjolaine, puis moulus. Il est souvent complété par des noix moulues, des légumes secs grillés tels que des pois chiches, des lentilles ou des fèves, et d’autres ajouts tels que des graines de sésame et de la caroube moulues, pour augmenter sa valeur nutritionnelle déjà substantielle. Lorsqu’elle est mélangée à de l’huile d’olive et du miel pour former une crème épaisse et décorée de noix grillées, cette poussière brune sans prétention – véritable vilain petit canard du monde de l’alimentation – se transforme en un petit-déjeuner de champions.

Alors que les gens recherchent aujourd’hui le prochain “super aliment”, cette poudre ancienne devient de plus en plus populaire en Afrique du Nord et au-delà pour ses prétendus bienfaits pour la santé. Les habitants ont appris que la bsissa que leur maman leur préparait autrefois pour le petit-déjeuner est aussi bonne, sinon meilleure, que n’importe quelle boisson protéinée à la mode. Riche en glucides complexes et en fibres, elle libère lentement de l’énergie, contient 15 à 18 grammes de protéines pour 100 grammes, et regorge de vitamine C, ainsi que de minéraux tels que le fer, le potassium, le zinc, le magnésium et le calcium. On en trouve de plus en plus sur les menus des cafés et dans un nombre croissant d’hôtels écologiques qui proposent des retraites de yoga.

SourceBBC
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Le Kenya, en route vers l’alternance politique ?

Favori de la présidentielle kényane, l’opposant Raila Amolo Odinga attend son heure. Face à lui, le vice-président William Ruto espère déjouer les pronostics.
- Advertisement -spot_img