La nouvelle stratégie énergétique de la Chine en Afrique : enjeux et défis

Must Read

Aujourd’hui, la présence chinoise dans le domaine énergétique en Afrique est avant tout concentrée dans les énergies fossiles et hydrauliques. Quels pourraient être les contours d’une mutation vers des projets moins risqués et moins polluants ? Et quels sont les enjeux d’une telle évolution pour les banques et investisseurs chinois ?

La ventilation des financements des banques dans le secteur de l’énergie sur la dernière décennie montre la prédominance de l’hydroélectricité (principale énergie renouvelable), suivie par les énergies fossiles (pétrole puis charbon) et les projets de transmission et de distribution (T&D) (Graphique 1). La forte présence de la Chine dans le secteur de l’hydroélectricité s’explique notamment par le fait que les entreprises et bailleurs chinois aient profité du vide laissé par les autres bailleurs étrangers au tournant des années 2000.

La présence chinoise dans le pétrole et le gaz s’est développée dans les années 1990, avec la stratégie « Going Out ». Les deux objectifs poursuivis par celle-ci étaient l’apprentissage dans la conduite de projets d’énergie en Afrique pour les entreprises chinoises et la sécurité énergétique, le continent africain représentant 20 % des importations de gaz et de pétrole de la Chine. Cependant, la présence de l’Empire du Milieu s’est manifestée surtout en amont, au stade de l’extraction, faute d’expertise sur certaines composantes des centrales thermiques.

Depuis les années 2000, les incitations à l’investissement du secteur privé chinois dans les énergies se succèdent. L’ambition portée par les Nouvelles routes de la soie(Belt and Road Initiative – BRI) est d’inciter le secteur privé à investir dans la production des énergies renouvelables – en particulier solaires et éoliennes, dans lesquelles la Chine est le leader mondial.

Cependant, sur la dernière décennie, on constate que les investissements dans le domaine de l’énergie en Afrique sont restés peu diversifiés (Graphique 2). Ceux alloués aux projets pétroliers et gaziers des entreprises d’État chinoises dominant largement en volume et en nombre de projets.

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Le Kenya, en route vers l’alternance politique ?

Favori de la présidentielle kényane, l’opposant Raila Amolo Odinga attend son heure. Face à lui, le vice-président William Ruto espère déjouer les pronostics.
- Advertisement -spot_img