L’art africain s’envole dans l’espace

Must Read

Le projet, un peu fou, est sur la rampe de lancement. Une œuvre africaine dans l’espace ! Dévoilée officiellement le 8 avril, « Memory of Today, Memory of the Future », l’œuvre, créée par trois artistes africains, ornera la coiffe du lanceur Ariane 5. Cette idée d’envoyer une œuvre d’art dans l’espace a pris naissance dans l’esprit des dirigeants de l’ONG française, African Artists for Development (AAD), en partenariat avec Eumetsat, l’organisation européenne pour l’exploitation des satellites météorologiques. Il restait à convaincre le troisième partenaire, Arianespace qui n’a jamais réalisé ce type de transfert, sur ses fusées. « Arianespace a été emballée par le projet », confie Matthias Leridon, coprésident d’AAD. Le projet a été baptisé African Space Art Project (Asap), dont l’acronyme sympathique signifie en anglais « aussi vite que possible ». Ainsi, l’espace, nouvelle frontière, s’ouvre à l’art contemporain africain.

Le lancement est prévu pour décembre 2022. Le satellite géostationnaire MGT-I1 d’Eumetsat, le premier représentant de la troisième génération, sera positionné au-dessus de l’Afrique après sa mise en orbite et permettra d’observer, notamment, les changements climatiques et météorologiques sur le continent africain. « Toutes les 10 minutes, le satellite va scanner l’Afrique et l’Union européenne, les données sont ensuite transmises gratuitement aux services météo africains, mais sont aussi utilisées pour l’aviation, l’agriculture et la prévention des crises alimentaires, la gestion des ressources de l’eau », détaille Vincent Gabaglio, chargé des relations internationales chez Eumetsat.

« L’Afrique est le continent qui émet le moins de CO2 tout en étant celui qui souffre et souffrira le plus du réchauffement climatique. African Space Art Project veut montrer l’importance stratégique pour le continent africain d’un tel lancement. Ce satellite et les données qu’il fournira pour le continent sont un enjeu sans égal », insiste Matthias Leridon.

African Space Art Project est aussi l’aboutissement d’un long processus. Le projet est lancé en septembre 2018, auprès de 100 artistes africains invités à participer, 59 ont déposé un dossier. Le comité artistique, composé du galeriste et spécialiste de l’art contemporain Jean-Philippe Aka, l’artiste Mélissa Goba, les musiciens Gaël Faye et Keziah Jones, en a retenu trois : les Congolais Michel Ekéba et Géraldine Tobé, le Camerounais Jean-David Nknot. C’était le 4 mars 2020. Là, il faut reconnaître que la pandémie de Covid a mis en pause le projet. Il faudra donc attendre le 27 novembre 2021 pour la sélection finale. Et là encore la pandémie bouscule l’organisation. Cela devait se faire à Rabat, au Maroc, mais le pays ferme ses frontières juste avant. Tout se déroule alors à partir de Paris et en visioconférence. « Plutôt que de désigner un lauréat unique, une proposition est faite aux trois lauréats sélectionnés – Géraldine Tobé, Jean David Nkot et Michel Ekéba – de collaborer pour concevoir une œuvre unique, symbole de l’engagement collectif qui est au cœur des cultures africaines », détaille le communiqué. Ils acceptent, et c’est ainsi que le collectif N.E.T. est né, signature des trois initiales des artistes.

Initialement, la résidence pour la création de l’œuvre devait se dérouler en Allemagne, au siège d’Eumestat. Là encore, face à la énième vague de Covid, et à une possible période de confinement, une autre solution est trouvée. Dans le large jury réuni, Jean Michel Abimbola, ministre du Tourisme et de la Culture du Bénin propose d’inviter les artistes en résidence à Ouidah, début 2022. Après deux mois passés, beaucoup de discussions et de travail, les artistes ont créé l’œuvre collective « Memory of Today, Memory of the Future », prête à décoller.
Cela ne s’est pas fait sans heurts. « Il a fallu s’adapter », reconnaît Michel Ekéba. « Nous avons tous les trois des techniques bien particulières. Géraldine peint avec le feu, c’est techniquement très difficile. Jean David maîtrise le pigment et, moi, je suis un performeur. Nos rythmes de création sont aussi différents. » Mais le résultat est là, avec un sens et une force symbolique très forte.

SourceLe point
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Mayotte, l’Ile Aux Lagons

Mayotte (ou Maore) est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. En 2016, la population de Mayotte est estimée à 235 132 habitants répartie sur 376 km2, ayant ainsi la plus forte densité de population avec 625 hab/km2 en 2016. Ses habitants sont appelés les Mahorais(es).
- Advertisement -spot_img