Afrique du Sud : une manifestation anti France organisée dans les rues de Pretoria

Must Read

Ce mercredi 25 mai 2022, des milliers de personnes militants et sympathisants d’un parti politique de gauche radicale ont organisé une manifestation dans la capitale sud-africaine, Pretoria. Le prétexte de cette marche était de demander le départ immédiat de la France du continent africain.

Taxée d’impérialiste, la France n’est plus la bienvenue dans de nombreux pays d’Afrique y compris l’Afrique du Sud. C’est ainsi qu’au cours de cette manifestation, les membres et sympathisants du parti Combattants pour la liberté économique (EFF), un parti dirigé par Julius Malema, arborant des t-shirts et casquettes rouges marqués par un logo en forme d’Afrique, ont brandi des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire divers messages tels que : ‘’La France dehors’’, ‘’La richesse de la France sur le dos des Africains’’ ou encore ‘’Réparations pour les crimes coloniaux’’. Arrivés à bord de plusieurs bus prévus pour la circonstance, les manifestants, au rang desquels, des Congolais et Camerounais, se sont rendus dans les rues jouxtant l’ambassade de France en Afrique du Sud pour débuter leur manifestation. Plus tard, ils ont été rejoints par une petite communauté malienne. Ces derniers arboraient des t-shirts en hommage au colonel Assimi Goïta.

Un camion ouvert a servi de podium aux leaders de la manifestation. L’un d’eux, perché sur ce podium a scandé à plusieurs reprises ‘’Va te faire foutre la France, va te faire foutre’’. Les foules en extase ont repris en chœur ce slogan. Julius Malema lui-même est monté sur l’estrade et a invité l’ambassadeur français à venir recevoir un mémorandum en ces termes : « Personne ne va vous frapper. Vous avez tué beaucoup de monde en Afrique. Pourquoi avez-vous peur, aujourd’hui, de sortir et d’affronter des Africains ? Combattants ! Chantons, car nous ne partirons pas »

Puis les manifestants se sont approchés des grilles de l’ambassade qui étaient minutieusement protégées par un cordon de policiers déployés pour la circonstance. Au rang des manifestants, on note la présence d’Egountchi Behanzin, créateur de la Ligue de défense noire africaine. Une organisation dissoute par le gouvernement français, qui le considérait comme raciste et appelant à la haine.
Au micro des journalistes, Leigh-Ann Mathys, une porte-parole du parti de gauche a déclaré que : « La France a ses sales petits doigts encore profondément enfoncés dans ses anciennes colonies françaises. Les pays africains ne peuvent pas respirer. Il n’y a pas que la France, mais la France est là en première ligne. Aujourd’hui, nous disons à la France de laisser l’Afrique gérer ses affaires de manière indépendante ». Lui emboitant le pas, un autre leader au nom de Sinawo Thambo ajoute que : « L’EFF luttera toujours contre l’impérialisme de l’Occident. La relation France-Afrique doit changer, les pays africains doivent être considérés comme des partenaires et pas seulement comme des fournisseurs de matières premières. »

Réagissant à cette manifestation, l’ambassade de France en Afrique a précisé que la France reste un partenaire solide de l’Afrique du Sud et que le pays de Macron respecte pleinement l’intégrité, la souveraineté et l’indépendance de toutes les nations africaines. Le communique mentionne par la suite que les deux pays travaillent ensemble dans de nombreux secteurs et qu’ils travailleront à renforcer leurs liens et leur coopération.

Le parti de Julius Malema rejoint ainsi la junte malienne dirigée par le colonel Assimi Goïta. Ce dernier et son gouvernement de transition, a presque éradiqué l’action française dans son pays. Ceci en commettant des actes forts tels le renvoie de l’ambassadeur de France au Mali dans son pays, le retrait des troupe militaires françaises Barkhane du pays, et l’interdiction des médias français France 24 et Radio France Internationale (RFI) sur les terres maliennes.

Le parti de Julius Malema a formulé 8 demandes parmi lesquelles la plus forte est l’arrêt du français comme langue officielle en Afrique. L’EFF attend une réponse sous 14 jours auquel cas un programme spécial destiné à affaiblir et contrecarrer la colonisation continue de la France en Afrique sera mis sur pied.

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Mayotte, l’Ile Aux Lagons

Mayotte (ou Maore) est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. En 2016, la population de Mayotte est estimée à 235 132 habitants répartie sur 376 km2, ayant ainsi la plus forte densité de population avec 625 hab/km2 en 2016. Ses habitants sont appelés les Mahorais(es).
- Advertisement -spot_img