Pourquoi le facteur ethnique pourrait faire perdre les élections au Kenya en 2022

Must Read

Par un matin frais du 20 janvier 1994, je suis entré dans la classe sous les railleries.

Je ne me souviens pas de grand-chose de ce qui a été dit, mais il y en a un qui m’a marqué.

“Votre dieu est mort”, a crié un camarade de classe.

Jaramogi Oginga Odinga, le premier vice-président du Kenya, devenu plus tard un doyen de l’opposition politique, était mort.

Même si nous n’étions qu’à l’école primaire, nous étions tous bien au fait de la politique ethnique de notre pays, et mon camarade de classe a donc compris l’énorme perte politique que représentait ce décès pour la communauté Luo.

Les railleries ethniques n’étaient pas rares dans les cours de récréation et même dans les salles de classe, où certains enseignants utilisaient des stéréotypes pour féliciter ou critiquer le comportement des élèves.

Cette attitude était, et est toujours, considérée comme de l’humour inoffensif, mais elle prend parfois une tournure négative.

Un autre moment marquant s’est produit huit ans plus tard, lorsqu’une petite fille de quatre ans, pleine d’assurance, s’est approchée de moi lors de mon premier jour de bénévolat dans une organisation caritative soutenant les familles pauvres de Nairobi, et m’a posé une question précise en swahili : “Wewe ni kabila gani ?” – en français : “quelle est votre tribu ?

Elle n’était pas satisfaite de ma réponse mièvre, d’autant plus que j’ai appris par la suite que mon origine ethnique avait fait l’objet d’un débat intense avec ses camarades, leur intérêt étant probablement inspiré par les conversations politiques animées de l’époque.

La curiosité de l’enfant était mignonne, mais je me sentais mal à l’aise. Les mœurs sociales m’avaient appris à détester ce genre de questions, surtout lorsqu’elles étaient posées de manière aussi directe. Je m’inquiétais également de ce que ma réponse signifierait pour elle.

La politique kenyane a été dominée par la concurrence entre ses plus de 40 groupes ethniques, mais elle est particulièrement intense parmi les plus grands.

Les hommes politiques exploitent souvent les rancunes historiques et les différences culturelles pour inciter à la violence afin de remporter les élections.

Cette stratégie cynique est vieille comme le monde et ses conséquences tragiques continuent d’être vécues dans le monde entier.

Au Kenya, l’identité ethnique a été utilisée pour accorder des privilèges – c’est parfois la seule qualification prise en compte pour un emploi, un vote aux élections, ou même pour obtenir des faveurs banales d’une personne en position d’autorité.

Elle a été utilisée comme une arme pour humilier et frustrer les autres – une situation qui engendre une mentalité de siège chez ceux qui en font les frais et un sentiment de droit chez ceux qui en bénéficient.

La politique devient alors un jeu à somme nulle, au détriment des questions urgentes qui pourraient améliorer la vie des gens.

Le Kenya a connu d’horribles violences ethniques après les élections contestées de 2007, qui ont fait plus de 1 500 morts, des centaines de blessés et 600 000 personnes contraintes de fuir leur domicile.

Ces violences ont probablement constitué le moment le plus sombre pour le Kenya depuis son indépendance.

Une nation qui avait été largement pacifique et qui avait offert un refuge à des centaines de milliers de réfugiés venus de tout le continent s’est retournée contre elle-même.

Le traumatisme de cette époque est toujours présent.

Pendant cette élection, certaines familles prévoient de déménager temporairement dans des zones où leur groupe ethnique est majoritaire pour éviter d’être victimes, tandis que les couples mixtes sont souvent confrontés au plus grand défi, car ils calculent où ils seraient le plus en sécurité.

“Le Kenya a une triste histoire de griefs non résolus, qui s’étendent sur 50 ans, et qui déclenchent souvent la violence, et les politiciens sont devenus habiles à créer la peur entre les communautés”, confie à la BBC Sam Kona, commissaire à la Commission nationale de cohésion et d’intégration (NCIC) de l’État. “Les gens sont aveugles au fait qu’il s’agit simplement d’une contestation du pouvoir parmi l’élite, et une fois que c’est terminé, l’élite se réunit, qu’elle ait gagné ou non”, ajoute-t-il.

M. Kona souligne que les tensions entre les communautés dans les six comtés que le NCIC a désignés comme des points chauds potentiels lors des prochaines élections étaient dues aux “occasions manquées de se réconcilier”.

Il rappelle que le Kenya a adopté une nouvelle constitution en 2010, créant 47 comtés – avec leurs propres gouverneurs – pour mettre fin à la mentalité du “tout au vainqueur”.

La Constitution promettait que tous les comtés seraient traités sur un pied d’égalité et recevraient une part équitable du budget national pour planifier leur propre développement, afin d’éviter que les différents groupes ne se disputent les ressources.

“Malheureusement, la plupart des Kenyans considèrent toujours la présidence comme la principale source de pouvoir, une situation qui provoque des tensions”, explique M. Kona, ajoutant que le NCIC avait intensifié ses efforts pour promouvoir la paix dans les points chauds potentiels.

L’expert en gouvernance John Githongo a dû fuir le pays en 2005 parce qu’il était considéré comme un traître par certains membres de sa communauté kikuyu après avoir révélé un scandale de corruption massive dans l’administration du président de l’époque Mwai Kibaki, un compatriote kikuyu.

Il indique à la BBC que la mobilisation ethnique était moins évidente dans cette campagne électorale, en grande partie parce que le vice-président William Ruto l’a présentée comme une compétition entre “familles dynastiques” et “escrocs”.

Il range son principal adversaire, Raila Odinga, vétéran de l’opposition et fils du premier vice-président du Kenya, dans la première catégorie, tout comme le président Uhuru Kenyatta, fils du premier président.

Il se présente comme le champion des “débrouillards” – une référence aux Kenyans pauvres.

M. Odinga a critiqué le cadrage comme étant une tentative de diviser les Kenyans en fonction des classes sociales et a axé sa campagne sur un message d’unité.

Mais, contrairement aux campagnes précédentes, les deux principaux candidats ont surtout échangé des critiques sur leurs politiques économiques et sociales. Ce n’est pas surprenant, car l’élection a lieu en pleine crise du coût de la vie, aggravée par un taux de chômage élevé et une énorme dette nationale.

Lors d’une intervention majeure quelques semaines avant l’élection, le gouvernement du président Kenyatta a annoncé que la farine de maïs – utilisée pour fabriquer l’aliment de base du pays, l’ugali – serait subventionnée pour faire baisser son prix.

M. Ruto a vu dans cette annonce une tentative de renforcer les chances de M. Odinga lors des élections.

M. Kenyatta soutient M. Odinga dans cette élection, même si M. Ruto est son adjoint.

C’est un signe de la nature changeante des alliances au sein de l’élite politique kenyane, influencée par les ethnies.

En 2007, M. Odinga et M. Ruto ont fait équipe contre M. Kibaki, que M. Kenyatta soutenait.

Certaines des pires violences qui ont suivi les élections de 2007 ont opposé des membres de la communauté Kalenjin de M. Ruto à des Kikuyus comme M. Kenyatta, des personnes ayant été tuées en raison de leur origine ethnique.

Cependant, en 2013 et 2017, M. Kenyatta et M. Ruto ont uni leurs forces contre M. Odinga, un Luo, mais M. Kenyatta se range maintenant derrière M. Odinga.

“Les Kényans se sont lassés de toutes les alliances byzantines qu’ils ont vues parmi l’élite”, explique Murithi Mutiga, directeur du programme Afrique à l’International Crisis Group.

“Je pense que cela a rendu les Kenyans beaucoup plus indifférents, beaucoup moins enflammés, beaucoup plus susceptibles de voir que l’élite ne fait que jouer son propre jeu”, ajoute-t-il.

M. Githongo estime que si les tensions ethniques augmentent pendant les élections, “les gens se marient entre eux immédiatement après”.

“Chez les jeunes, le problème est bien moindre, mais les politiciens se mobilisent en fonction des lignes ethniques”, poursuit-il.

SourceBBC
- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Mayotte, l’Ile Aux Lagons

Mayotte (ou Maore) est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. En 2016, la population de Mayotte est estimée à 235 132 habitants répartie sur 376 km2, ayant ainsi la plus forte densité de population avec 625 hab/km2 en 2016. Ses habitants sont appelés les Mahorais(es).
- Advertisement -spot_img