Un Créateur De Mode Burkinabé Redonne Vie À Un Tissu Ancien

Must Read

Il y a vingt ans, le couturier François Yameogo, basé à Paris, est retourné dans son pays natal, le Burkina Faso, pour y construire un atelier spécialisé dans la fabrication du Faso Danfani, le tissu traditionnel du pays, destiné à la confection de ses célèbres manteaux de sport indigo. Cet atelier est aujourd’hui au cœur d’une résurgence du Faso Danfani, après qu’un récent décret des chefs militaires du pays a fait de ce tissu tissé à la main la tenue officielle de l’État, imposant son utilisation lors des cérémonies officielles et dans les uniformes scolaires. « Nous avons été inondés de produits de friperie… (mais) notre coton est pur », a déclaré M. Yameogo, assis derrière un établi encombré dans son magasin, à environ 100 km à l’ouest de la capitale Ouagadougou. « C’est à nous de le valoriser et de l’utiliser ». L’économie de ce pays d’Afrique de l’Ouest repose en grande partie sur son industrie du coton, souvent qualifiée d' »or blanc », pour les possibilités d’emploi et les recettes d’exportation. Mais l’importation de vêtements usagés en provenance de pays plus riches offre des alternatives peu coûteuses aux matériaux produits localement, ce qui a pour effet de les exclure du marché.

Selon l’agence alimentaire des Nations unies, cette situation maintient les prix des tissus nationaux à un niveau artificiellement bas, décourage les investissements dans les technologies modernes et exacerbe la pauvreté. M. Yameogo, ancien stagiaire du célèbre couturier américain Marc Jacobs, a commencé à intégrer le Faso Danfani dans ses collections dans l’espoir de leur donner une touche néo-contemporaine capable d’attirer le tissu sous les projecteurs de la mode mondiale et d’assurer des revenus plus élevés aux artisans locaux. « Nous ne transformons que 3 % de notre coton localement, mais nous voulons atteindre 20 à 25 % », a-t-il déclaré. « Je pense que nous y parviendrons. Le mandat de la junte au pouvoir pour le Faso Danfani est déjà visible chez les officiels qui portent les créations de Yameogo, y compris le premier ministre. La tendance s’intensifiera en octobre, lorsque les écoles rouvriront leurs portes après les vacances d’été. Entre-temps, la présence internationale du tissu s’accroît. La dernière collection de M. Yameogo a été le point fort d’un défilé organisé à Paris le mois dernier sur le thème du Faso Danfani, salué par un public diversifié vêtu de ce tissu séculaire. « Ce combat va créer des emplois, des ventes internationales pour notre pays et permettre aux gens de gagner un revenu décent », a déclaré M. Yameogo. « C’est un combat noble.

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

RDC: Le Soutien De L’Ouganda Aux Rebelles Du M23

Comme tous les six mois, les experts onusiens mandatés par le Conseil de sécurité des Nations unies ont rendu...
- Advertisement -spot_img