Le royaume de Ndongo, berceau de l’Angola

Must Read

Ndongo est un ancien territoire né au début des temps modernes. Ses traces remontent au 16e siècle. A cette époque, il est un État vassal du royaume de Kongo. Son fondateur, appelé Ngola Kiluanje ou Ngola Inene était un chef d’un groupe de langue Kimbundu. C’est d’ailleurs son nom, Ngola, qui inspirera le nom de l’actuel État, Angola.

Naissance et organisation du royaume

A la base, le Ndongo était un territoire politique tributaire au royaume du Kongo. Désireux de s’émanciper davantage, il commença tout d’abord par faire établir une ambassade au Portugal en 1518. Le but de cette entreprise était de faire venir des missionnaires pour reconnaitre l’indépendance du Kongo. Une mission portugaise se déplaça en effet en 1520. Le royaume du Kongo opposa une farouche résistance et les Portugais durent quitter rapidement la région. Néanmoins, en 1556, la province du Ndongo sollicita à nouveau l’aide des Portugais, en demandant cette fois-ci une assistance militaire. Conduite par Paulo Dias de Novais, cette seconde expédition connue le sort de la première. C’est au cours d’une troisième expédition que les Portugais finirent par sceller des accords avec le Kongo et le Ndongo, reconnaissant ainsi l’indépendance de ce dernier.

Politiquement, le royaume était subdivisé en 736 entités politiques avec pour régent les Sobas. Ces entités politiques appelées Murindas et leurs dirigeants étaient regroupés en Senzala, groupes de villages qui gravitaient autour de la capitale Mbanza. Les unités politiques quelques fois se regroupaient en provinces. Certaines ont même essayé de se constituer en royaume, mais très vite vassalisées par le Ndongo. La nomenclature sociale était constituée de rois et de chefs provinciaux qui étaient accompagnés dans l’exercice du pouvoir par le conseil des nobles puissants appelés Macota. Le Tendala était la figure judiciaire du royaume alors que le Ngolambole le patron de l’armée.

Ascension du royaume

La notoriété du Ndongo s’est notamment établie grâce aux nombreux territoires conquis. Jaloux de l’épanouissement du Ndongo, le Portugal attaqua le royaume en 1590. Le souverain de l’époque, Kabasa, venait de nouer des alliances avec ses voisins du Matamba. Ensemble, ils infligèrent une sévère défaite aux Portugais. Ne voulant pas en rester là, le Ndongo décida de lancer une offensive et repris le contrôle de plusieurs Sobas tombés entre les mains portugaises. en 1622, Ngola Mbandi envoie Anne Zingha à Luanda en émissaire, afin de négocier un traité de paix avec le gouverneur du Portugal. Lors de cet entretien, Anne Zingha s’impose comme une redoutable négociatrice et diplomate. Deux ans plus tard, son frère décède. C’est le moment qu’attendait Anne Zingha : elle prend le pouvoir, et devient reine. Ses tactiques guerrières et d’espionnage, ses qualités de diplomate, ses jeux d’alliances stratégiques ainsi que sa connaissance des enjeux commerciaux et religieux lui permettent de faire résister les royaumes du Ndongo et du Matamba aux velléités coloniales des Portugais et des Néerlandais, jusqu’à sa mort en 1663.

Déclin de l’empire du Ndongo

Après la défaite de 1590, les Portugais affinèrent leur stratégie. Celle-ci consistait à étendre leur emprise le long du Kwanza et s’insérer dans la politique du Ndongo. Le but ici était de fragiliser l’emprise du Ndongo sur les territoires du Kwanza tels que Kisama. Le Portugal fit donc alliance avec les Imbalanga, un peuple nomade se livrant à de fréquents pillages dans la région. En 1617, Luis mendes Vasconcelos, nouveau gouverneur portugais envahit le Ndongo. Détruit la capitale et poussa le roi Ngola Mbandi à se réfugier sur l’île de Kindonga. Des milliers de sujets du Ndongo furent faits prisonniers et Mendes de Vasconcelos tenta sans succès de créer un gouvernement fantôme à la solde du Portugal. En 1647, les Pays-Bas assiégèrent le royaume. Le roi Felipe, souverain de cette époque, envoya la plus grosse partie des soldats qui défendirent le territoire à Masangano. Mais les locaux furent défaits. Malgré cette défaite, les Hollandais furent expulsé du royaume et Filipe se détourna du Portugal. Il engagea des querelles relatives à ses subordonnés et à sa juridiction. Il fut battu lors des batailles de Kisama et Dembos. Son successeur, qui n’était autre que son fils, connu aussi des échecs cuisants. Et ce dernier dû signer un accord avec le Portugal en 1647 reconnaissant à Nzinga la royauté absolue sur les territoires de Ndongo et Matamba. Il revint à la charge en 1670 avec une ultime rébellion qui dura un an. En 1671, le royaume du Ndongo tomba définitivement entre les griffes portugaises et cette énième défaite marqua la fin de ce royaume.

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img
Latest News

Mayotte, l’Ile Aux Lagons

Mayotte (ou Maore) est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. En 2016, la population de Mayotte est estimée à 235 132 habitants répartie sur 376 km2, ayant ainsi la plus forte densité de population avec 625 hab/km2 en 2016. Ses habitants sont appelés les Mahorais(es).
- Advertisement -spot_img